Dystrophie Ovarienne : Tout Savoir Sur La Pathologie Pour Un Bon Traitement

Dystrophie Ovarienne : Conseils Pour Une Bonne Guérison

Dystrophie Ovarienne : l’essentiel à retenir de cette affection chronique et surtout les solutions utiles pour bien la traiter. La dystrophie ovarienne affecte de nombreuses femmes dans le monde en raison de son impact sur l’ovulation, ce qui constitue l’une des causes d’hypofertilité les plus fréquentes.

Bienvenue chez nous !

C’est Quoi La Dystrophie Ovarienne ?

La dystrophie ovarienne est une maladie due au dérèglement hormonal et caractérisée par une hypertrophie des ovaires accompagnée de petits kystes en périphérie. Elle représente la pathologie endocrinienne la plus fréquente chez les femmes en âge de procréer.

En effet, la dystrophie ovarienne se caractérise par un processus anormal lors de la maturation des follicules, à la première phase du cycle ovarien, juste avant l’ovulation. Durant la dernière étape de ce processus, de nombreux petits follicules (25 à 30, contre une dizaine normalement) se regroupent sans entrer en croissance. Cette anomalie fera qu’à l’échographie, il sera constaté une accumulation de multiples petits kystes, de petits follicules ovariens présents autour des ovaires. Le phénomène est appelé syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), l’autre nom donné à cette pathologie.

Envie d’en savoir plus ? Merci de nous contacter au +22996565030 (M. de Christ AGOSSOU).

 

Que Retenir Des Symptômes de La Dystrophie Ovarienne ?

Les manifestations de la dystrophie ovarienne sont diverses. Les personnes atteintes de cette maladie présentent les symptômes suivants :

  • règles douloureuses,
  • ménorragies (règles très abondantes),
  • hyperpilosité sur visage, le cou, due à la forte sécrétion de testostérone, de l’acné,
  • un acanthosis nigricans (brunissement et épaississement de la peau au niveau du cou, de l’aine, des aisselles et des replis cutanés),
  • menstruations courtes et peu abondantes,
  • peau grasse ou pilosité indésirable,
  • prise de poids ou surpoids,
  • chute des cheveux (typiquement localisée au sommet du crâne),
  • dépression.

Toutefois, il est important de préciser que ces signes ne sont pas forcément tous présents, et cette hétérogénéité clinique rend le diagnostic de la dystrophie ovarienne parfois difficile.

La Dystrophie Ovarienne : Quelles conséquences ?

Les femmes atteintes de dystrophie ovarienne ont un risque accru d’accouchement prématuré, de diabète gestationnel et de prééclampsie (une maladie de grossesse qui se traduit par une hypertension artérielle et une protéinurie). L’obésité et le surpoids sont des facteurs qui ont des effets très néfastes sur l’état de la femme souffrant de cette maladie.
Les conséquences de la dystrophie ovarienne sont nombreuses. Le syndrome des ovaires polykystiques n’est pas que responsable des troubles de l’ovulation (infertilité), il entraîne aussi des perturbations métaboliques qui retentissent sur la santé en général :

– obésité ;

– intolérance au sucre et diabète ;

– athérome et thrombophilie ;

– dysfonction endothéliale et hypertension artérielle

– dyslipidémie (élévation du taux de lipides et lipoprotéines dans le sang) ;

– cancer de l’endomètre ;

– apnée du sommeil :

– complications obstétricales, diabète gestationnel, pré éclampsie ;

– excès de fausses couches

Pour plus de détails, nous sommes joignable au +22996565030 (M. de Christ AGOSSOU).

 

Traitement De La Dystrophie Ovarienne 

Le traitement associe la prescription d’hormones à des mesures d’hygiène de vie .

Les mesures hygiéno-diététiques sont indispensables (activité physique, diététique…). La perte de poids est un élément fondamental du traitement. En effet, une perte de 5 à 10% du poids corporel suffit pour rétablir la fonction ovarienne chez 55 à 100% des patients dans les six mois qui suivent ! La perte de poids permet de réduire les taux d’androgène, d’insuline et d’augmenter le taux de SHBG.

Les troubles du cycle menstruel nécessitent  parfois la prescription séquentielle de progestatifs pour réduire le risque de cancer de l’endomètre que ferait courir l’action isolée des œstrogènes. Le même effet peut être obtenu avec la prescription d’une pilule œstroprogestative. Toutefois le bénéfice-risque des hormones doit être évalué en raison de l’augmentation du risque métabolique chez des patientes déjà à risque accru.

L’hirsutisme et l’acné sont traités par des anti-androgènes ou des œstroprogestatifs). On privilégie les progestatifs n’ayant pas d’effet androgénique (type norgestimate et désogestrel). Toutefois, le risque métabolique étant accru chez les femmes ayant un syndrome des ovaires polykystiques il faut peser soigneusement le bénéfice risque de ces traitements.

L’infertilité nécessite une prise en charge spécialisée pour les femmes désirant être enceinte

 

C’est une plante puissante agissant sur l’hypophyse. Elle équilibre progestérone et œstrogènes et calme l’intensité du syndrome prémenstruel et régularise les règles et les saignements.

Équilibrer le foie pour traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques

Le foie est l’organe qui nettoie notre sang de toxines. Sa fonction est très liée au reste des organes et, surtout, au système hormonal.

C’est pour cela qu’afin de réaliser un traitement naturel et complet, il faudra faciliter la fonction hépatique. Pour cela, vous pouvez utiliser des plantes hépatiques comme le chardon-Marie et le boldo. Il est également fondamental d’éviter les graisses nuisibles et les additifs alimentaires afin de traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques.

 

Réguler l’intestin

Concentrons-nous sur la proximité des intestins et des ovaires, ainsi que sur les liens qui existent entre tous les organes internes de notre corps. Vous vous rendrez compte qu’une congestion intestinale peut affecter directement la santé de notre organe reproducteur.

Il est toujours très important de maintenir un intestin sain. En effet, s’il ne fonctionne pas correctement, il peut causer de nombreux problèmes de santé sur le long terme.

C’est pour cela qu’en plus du SOPK, nous souffrons de constipation, du syndrome du côlon irritable, de parasites et d’autres dérèglements intestinaux. C’est pour cela qu’il faut traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques pour que cela n’empire pas l’équilibre de nos ovaires.

Ainsi, pour réguler la fonction intestinale, il faut suivre un régime alimentaire riche en fruits, en légumes, en légumes secs, en céréales complètes et en fruits secs.

Si vous souffrez de constipation, ajoutez à votre diète certains aliments laxatifs. C’est le cas des graines de lin (ou de linette) ou les pruneaux.

 

L’arbre au poivre pour traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques

La plante médicinale la plus efficace pour traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques est l’arbre au poivre (Vitex Agnus Castus). C’est un remède qui a été utilisé traditionnellement pour réguler les niveaux hormonaux et éviter les règles irrégulières. Il permet également de restaurer l’ovulation chez les femmes qui souffrent d’absence de menstruations.

Il est tout particulièrement efficace de prendre de l’arbre au poivre quand le SOPK est accompagné de niveaux bas de progestérone et de prolactine.

Prenez 200 mg d’extrait d’arbre au poivre par jour pendant au moins 3 ou 4 mois, avant de constater des résultats.

 

La tavelure

La tavelure est une racine andine connue pour ses bienfaits pour la santé des femmes. Elle agit ainsi comme un régulateur d’hormones, indépendamment du type d’hormones altérées. De plus, c’est un excellent remède pour lutter contre les symptômes de la ménopause.

Il est possible de trouver cette racine sous forme de comprimés ou en poudre. Elle est cependant plus simple à utiliser en poudre car on peut contrôler les doses que nous prenons. Il est recommandé de commencer avec une petite quantité et d’augmenter la dose petit à petit car elle est très énergisante et peut parfois provoquer de la nervosité.

  • Comme traitement de choc, on peut prendre 6 à 9 grammes par jour, que nous pouvons maintenir pendant un mois.

L’huile de lin

L’huile qui s’extrait de la pression à froid des graines de lin est riche en Oméga-3 et en Oméga-6. Il s’agit de deux nutriments qui régulent naturellement les niveaux hormonaux et qui stimulent les cycles d’ovulation. L’huile de lin est idéale pour traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques.

Pour compléter le traitement antérieur, il faudra prendre deux cuillerées à soupe (30 g) d’huile de lin chaque jour.

Si son goût vous paraît très désagréable (il peut faire penser à celui du poisson), mélangez alors cette huile à vos aliments. Ses bienfaits seront les mêmes et vous éviterez d’être gêné par le goût !

4 réactions sur “ Dystrophie Ovarienne : Tout Savoir Sur La Pathologie Pour Un Bon Traitement ”

  1. Ping Gattilier et fertilité : 05 Vertus Pour Tomber Enceinte

  2. Ping Insuffisance Cardiaque remède : 07 Astuces

  3. Ping Tomber Enceinte Naturellement : Secret 100% Efficace !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *